mercredi 19 septembre 2012

Naissance

Awa et Bean sont nés à la "Mat": j'étais sous-assurée car je n'avais pas envisagé une troisième grossesse.
Quelle expérience! D'abord, j'ai dû convaincre l'obstétricien de m'accorder une césarienne. Comme les fœtus se présentaient têtes en bas, il n'y avait pas de véritable raison à pratiquer une opération. Munie de six arguments de choc, j'ai eu finalement gain de cause... 
De tous mes accouchements (sans péridurale pour Tal, avec péridurale pour Naïm), la césarienne était de loin le plus confortable, je ne peux que la recommander!

Après une nuit calme dans la salle de réveil, on nous a transférés tous les trois dans une chambre à trois lits. Cela signifiait que nous étions sept: quatre nouveaux-nés qui se réveillaient au fur et à mesure, une dame africaine qui refusait d'éteindre la lumière à cause des esprits nocturnes, et une jeune femme épuisée qui attendait son départ avec impatience. Pour dormir un peu, elle avait fini par demander aux infirmières de lui garder son bébé quelques heures. Elle devait apprendre un peu plus tard, que son enfant avait été enfermé en sécurité dans un cagibi... la "Mat" ne disposant pas de nurserie. Le lendemain, ma voisine est partie précipitamment et la dame africaine a laissé sa place à une jeune femme du Kosovo qui ne parlait et ne comprenait pas un mot de français. Elle avait une cousine dans la chambre à côté qui pouvait lui servir de traductrice. Personne n'avait eu l'idée de les mettre ensemble avant mon intervention déterminée auprès de l'infirmière en chef. 

Étaient-ce le manque de sommeil, la nervosité ou la joie d'accueillir Awa et Bean, j'étais hilare. On venait nous annoncer nos menus avant chaque repas. A cause de la césarienne, je devais suivre un régime spécial. C'est ainsi qu'on m'annonça que je mangerais de la glace sans fraises, de la salade sans crudités. A quand un repas sans aliments, m'interrogeai-je...
 Awa, l'aînée d'une minute et son petit frère Bean, âgés d'une heure 
 Le lendemain
Le jour avant de quitter ce lieu mémorable, une nouvelle accouchée est arrivée dans notre chambre: une très jeune fille qui tenait son nouveau-né comme si elle jouait à la poupée. Je l'ai interrogée sur son âge: elle avait 19 ans... l'âge que Tal aurait dû avoir à cette époque. C'est la seule fois que j'ai versé des larmes. La mère de la jeune fille, la grand-mère du nouveau-né paraissait d'ailleurs bien plus jeune qu'une certaine mère de deux adorables jumeaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire