samedi 5 janvier 2019

Berceuses

Quand j'étais enfant, mon père était peu présent, tout occupé à travailler et à écrire sa thèse de doctorat pendant les fins de semaine. Ainsi, les quelques minutes qu'il nous accordait le soir avant le coucher étaient précieuses et resteront ancrées à jamais. Avec son harmonica, il accompagnait ma mère qui nous chantait quelques chansons. Leur répertoire finissait immanquablement par deux berceuses allemandes qu'ils entamaient ensemble: "Gute Nacht Kameraden" et "Lasst euch nicht verdriessen, einmal muss man schliessen, einer muss den Anfang wagen, gute Nacht zu sagen: Gute Nacht!" (Ne soyez pas déçus, à un moment, il faut terminer, l'un doit oser dire bonne nuit: bonne nuit!)
J'ai vérifié sur internet, les deux chansons ont été écrites en 1938 et 1939, ainsi, leurs paroles et mélodies rappellent un peu l'époque la plus sombre de l'Allemagne des jeunesses hitlériennes. Or, dans ma vie, elles ont toujours été connotées positivement.

Quand avec mon cher Tal je suis devenue mère pour la première fois, j'ai repris le rituel de mes parents, d'ailleurs mes chants apaisaient mon garçonnet si agité. Il m'était impossible à cette époque de reprendre les berceuses ci-dessus. Je me suis donc initiée à des berceuses françaises que je n'ai pas aimées ("Fais dodo..." etc.) et à une berceuse en hébreu que j'ai adoptée ("Nouma, nouma, yaldati..."). Malheureusement, elle ne se trouve pas sur internet. C'est un chant lent et mélancolique qui parle d'un père qui promet de revenir du travail et d'apporter un cadeau à sa fillette que j'ai transformé en fils.

Quand les jumeaux sont nés, j'ai immédiatement repris l'habitude de leur chanter des chansons. A mon grand étonnement, chaque fois que j'ai entamé "Nouma, nouma...", ils se sont mis à pleurer tous les deux à chaudes larmes. J'ai essayé plusieurs fois, toujours avec le même résultat surprenant. Comme j'ai décidé de leur parler en allemand, je me suis donc tournée vers les berceuses que je connaissais de mon enfance. Elles ont eu un effect miraculeux: elles calmaient les boubies qui s'endormaient sans aucune difficulté.
Aujourd'hui encore, alors qu'ils sont grands, ils me réclament chaque soir leurs berceuses allemandes. Parfois, j'essaie d'entamer le chant hébreu, toujours avec le même résultat incroyable: ils se mettent à hurler et m'ordonnent de me taire... Par contre, les "Gute Nacht Kameraden!" et "Lasst euch nicht verdriessen!" continuent à les pacifier même après les soirées les plus excitées ou les disputes. C'est absolument stupéfiant!
Résultat de recherche d'images pour "simpsons sleep"
Avez-vous, rares lecteurs, observé l'effet des chants sur vos enfants?

vendredi 14 décembre 2018

Mère Courage II

Mes rares lecteurs se souviendront peut-être de mon billet intitulé "Mère Courage" qui relate le drame vécue par une de mes amies mongoles... Pendant plus de deux mois, mon amie a été assignée à résidence avec l'interdiction de quitter son domicile et de travailler dans l'attente d'un procès qui devait déterminer son éventuelle extradition en Mongolie ou sa remise en liberté... Il est facilement imaginable dans quel état mental et financier cette injustice suprême l'a jetée. Sa famille l'a aidée à distance, nous un tout petit peu, certainement pas suffisamment! Elle a dû vendre sur internet ses rares possessions pour pouvoir vivre et nourrir ses enfants... 

Pendant ce même temps, elle s'est préparée pour son procès. Sa grande fille de son premier mariage qui maîtrise le français a traduit tous les documents et chefs d'accusation. Elle-même a réuni des témoignages (le nôtre également), a pris contact avec des avocats, des assistants sociaux. Comme elle n'a pas obtenu le soutien de l'ambassade mongole en France, elle a demandé de l'aide au consulat en Suisse, plus conscilient et encourageant. Grâce à ce contact, elle a appris que le président Khaltmaagiyn Battulga avait planifié une visite, fin octobre. 

Mon amie a alors bravé l'interdiction de partir de chez elle et s'est rendue à l'hôtel où logeait le président. Elle a pu obtenir une courte audition. L'homme lui a demandé de lui soumettre par écrit  son malheur. De plus, il a invité la soeur de mon amie à se rendre au parlement d'Oulan-Bator pour rencontrer les personnes qui comme lui sont intéressées à lutter contre la corruption. Bref, le procès a eu finalement lieu en France et mon amie a eu gain de cause; tous les points dont elle a été faussement accusée ont finalement été abandonnés. Elle est donc libre, même si tout reste encore à faire, à reconstruire... Quel soulagement et reconnaisance que dans nos contrées la justice semble encore accomplir correctement sa mission! 

A présent, je souhaite à ma chère amie Courage, force et détermination pour recréer avec ses enfants une existence digne, sans violence et sans soucis économiques...

Résultat de recherche d'images pour "simpson jail"

dimanche 9 décembre 2018

Escalade 2018

Une des plus grandes fêtes de Genève est certainement l'Escalade. Dans la ville de Calvin, le carnaval a été bani au XVIème siècle, il fallait donc lui trouver un "ersatz". La commémoration de la victoire des Genevois face aux troupes des Savoyards venus envahir la république indépendante pendant la nuit du 12 décembre 1602 deviendra le prétexte pour organiser de grands rassemblements populaires, des cortèges commémorant la défaite des ennemis et finalement, des fêtes costumées. Depuis quarante-et-un ans, l'Escalade est également célébrée avec la fameuse course populaire.

J'avais déjà proposé des billets à ce sujet sur mon ancien blog. Par exemple en 2010, je ne me suis pas foulée, mais le singe Awa avec tétine m'amuse aujourd'hui!
"Notre carnaval, c'est l'Escalade, la commémoration de la victoire des Genevois sur les Savoyards le 12 décembre 1602. On se déguise, les boubies également!"
Une année plus tard, j'ai été un peu plus éloquente:
"L'Escalade: cette commémoration de la défaite du duc de Savoie qui a essayé d'attaquer la petite république de Genève en 1602 à l'aide d'échelles et d'une armée bien organisée. Aujourd'hui, on se déguise pour marquer cette victoire, on casse et mange des marmites en chocolat et on se rend au défilé. Awa et Bean ont cassé à eux seuls quatre marmites et mangé des kilos de chocolat, par contre leur mère indigne ne s'est même pas donnée la peine de les déguiser. Ce sera pour une autre fois, par contre, je les ai pris en photos!"
Ou encore:
 "Le papa des boubies est courageux, non seulement il jogge trois fois par semaine, mais encore il participe à la mythique course de l'Escalade à travers la ville de Genève. Cette année, il a même réalisé son propre record. Il est un peu comme le vin, il se bonifie avec l'âge!"
Or cette année, les trois hommes de la famille, Yoav, Naïm et Bean ont participé à la fameuse course pour laquelle je propose ici une vidéo montrant les écoliers. Bean s'est bien battu et a été le plus rapide de mes hommes!

Course de l'Escalade des écoliers

samedi 3 novembre 2018

Lapin blanc

J'aurais dû être plus vigilante avant d'accepter... Un lapin blanc, ce n'est jamais anodin. Il est entouré d'une part de mystère, de magie. Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi les magiciens n'ont pas de lapins beiges ou bruns, de cochons d'inde ou de chiwawas? Non, ils utilisent les lapins blancs, les seuls qui ont le pouvoir de réapparaître après avoir disparu.

Pas encore convaincus? Dans Alice au pays des merveilles, c'est un lapin blanc qui entraîne la fillette dans les aventures les plus invraisemblables, cela aurait pu être un renard rusé ou un loup malintentionné, mais non, c'est un cuniculus couleur neige...

Le lapin blanc qui a partagé cet été trois jours de notre existence confirme ces observations. Sa famille d'accueil s'est malheureusement vite retrouvée dans l'impossibilité de le garder et nous a priés de le reprendre. À cause de la réaction allergique d'Awa, nous étions déterminés à trouver rapidemment une nouvelle famille et avons en effet reçu des demandes de personnes motivées. Or, aucune requête n'a aboutie et le lapin est resté chez nous. A notre grand soulagement, Awa n'a plus développé d'allergie.

En conclusion, nous avons un nouveau membre dans la famille que nous chérissons tous, enfin presque. Zelda, qui est une femelle, est affectueuse, curieuse, familière, mignonne à souhait. Nous avons gagné un lapin-câlin. Seul Yoav garde une distance certaine avec ce qu'il appelle "notre rat"!
http://lelieumagique.com/wp-content/themes/halftone/php/timthumb.php?src=http://lelieumagique.com/wp-content/uploads/2013/05/spectacle-de-magie-nantes-Le-Lieu-Magique.jpg&w=672" width="400"

mardi 16 octobre 2018

Die Zwillinge

A Hambourg, en avril 2011, je me suis rendue au musée d'art contemporain (Deichtorhallen) pour voir l'exposition photos des deux jumelles, icônes des années hippies, Gisela Getty et Jutta Winkelmann. Malheureusement, j'ai été découragée par la queue à l'entrée du musée et me suis réfugiée dans la librairie pour aller découvrir le catalogue de l'exposition.

Au risque de choquer d'aucuns, j'ai remarqué que pour les expos photos, à moins d'être face à de très grands formats, les catalogues sont un excellent "ersatz". Alors que j'apprécie tout particulièrement la photographie, je ne ressens pas la même émotion en voyant un tirage qu'en présence d'une œuvre peinte originale, ainsi le catalogue peut servir de substitut. Or, lorsque j'ai eu entre les mains celui des "Twins", j'ai été complètement fascinée par leurs photos retraçant leur vie de bohème, leurs rencontres et leur époque déjantée. Du coup, j'ai tout acheté: le catalogue et la double autobiographie des jumelles, Die Zwillinge oder Vom Versuch, Geld und Geist zu küssen, que j'ai lue aussitôt.

Les belles jumelles monozygotes après une enfance relativement normale à Kassel en Allemagne ont très vite refusé les modèles bourgeois de leur famille pour se lancer corps et âme dans le monde de la contestation, de l'art, des drogues et des excès de tout genre. Or grâce à leur flair, leur complicité (mais également antagonismes), leur beauté et leur effronterie, elles ont rencontré et côtoyé les plus grands artistes des années 70: parmi eux, Léonard Cohen et Bob Dylan, pour n'en citer que deux.

Or depuis, une des jumelles, Jutta Winkelmann, est décédée en 2017 à l'âge de 68 ans, laissant sa soeur "déjumellée"... Je dois forger un épithète, comme il n'existe aucun terme pour désigner les survivants d'une fratrie. J'imagine que cela doit être difficile pour Gisela Getty qui a connu tant de drames dans sa vie.

mercredi 3 octobre 2018

Réussir les examens

Cette année, on m'a de nouveau confié des classes terminales. A cause de mon deuil, du voyage d'études, l'année scolaire a plutôt mal commencé. L'autre jour, je me suis même emportée contre un élève qui n'avait pas travaillé du tout. C'est dans cette ambiance un peu particulière que je tombe ce soir sur un billet que j'avais écrit il y a plus de sept ans sur mon autre blog éponyme. De peur, de ne plus le retrouver, je le copie ici. D'ailleurs, je vais traduire mes pensées pour les transmettre aux élèves, peut-être elles leur permettront de réussir leurs examens dans de meilleures conditions? Voici donc ce que j'avais écrit:

Le bac est terminé! La plupart des élèves l'ont réussi! Pourtant, j'aurais tellement souhaité que leur examen se déroule dans de meilleures conditions, qu'il soit plus gratifiant pour eux et plus intéressant pour nous les examinateurs. Ce vœu restera sans doute lettre morte, j'en fais quand même part sur ces pages:

Ce que chaque candidat à un examen devrait savoir:
  • Pour passer un examen, il faut se préparer comme un sportif s'entraîne pour une compétition: être régulier, mais également s'accorder des pauses pour se ressourcer.
  • Il faut commencer l'entraînement suffisamment à l'avance! Si on commençait à courir une semaine avant un championnat, on aurait l'air franchement ridicule!
  • Il faut se renseigner le plus tôt possible sur les contenus de l'examen!!!
  • On devrait se présenter à l'examen comme si on se rendait à un casting en voulant montrer le meilleur de soi-même, se donner à fond!
Pendant l'examen écrit:
  • Rester calme, respirer profondément. Prendre avec soi un peu de sucre lent (barre aux céréales etc.)
  • Lire attentivement les consignes. Comprendre les consignes. Suivre les consignes...
  • Prendre connaissance des questions même avant de lire un texte inconnu, cela permet de gagner du temps.
  • Lire plusieurs fois un texte inconnu et s'assurer qu'on le comprend le mieux possible. Répondre aux questions en veillant aux points de contenu! (le nombre de points correspond en principe au nombre d'éléments de réponse, c'est mathématique!)
  • Pour une rédaction, noter sur un brouillon des idées originales et les organiser de manière cohérente: il y a au moins un lecteur (comme mon blog)!
  • Se relire avec les yeux d'un examinateur.
  • Gérer le temps!
Lors de l'examen oral:
  • Pour décrocher le Jack Pot, il faut commencer par soigner l'apparence, tout en évitant les excès!
  • Être ponctuel!
  • Changer l'intonation de la voix! Une voix monocorde endort ou irrite les examinateurs: à vos risques et périls!
  • Être acteur et non victime!
  • Il faut montrer de l'intérêt, un certain enthousiasme.
  • Comme au théâtre, il faut vaincre le trac: Gérer le stress des examens enseigne à gérer le stress professionnel plus tard.
  • Si possible, sourire!
Erreurs fatales à éviter à tout prix:
  • Venir trois jours avant l'examen pour demander le titre des livres à préparer.
  • Sentir mauvais lors d'un examen oral.
  • Ne rien dire ou ne rien écrire.
  • Donner l'impression de subir.
Et vous, avez-vous des idées pour permettre aux élèves de passer de meilleurs examens?

lundi 1 octobre 2018

Mère Courage

"Pourquoi le mal arrive-t-il aux bonnes personnes" est une question existentielle que se posent de nombreux théologiens. Un livre que j'ai lu après la mort de mon fils aimé tente d'ailleurs d'y répondre ou du moins d'apporter du réconfort...
When Bad Things Happen to Good People by Harold S. Kushner
Quand le malheur s'abat sur des personnes aimées, honnêtes, travailleuses et courageuses, c'est révoltant, écœurant, inacceptable! 

Il y a environ sept ans, une de mes amies a épousé en deuxième noces un homme originaire comme elle de Mongolie: l'homme avait l'avantage de posséder les papiers nécessaires pour vivre en Europe. Le jeune couple a beaucoup travaillé pour s'assurer un avenir meilleur dans leur pays d'origine. Très vite, ils ont eu une fillette, suivie un an plus tard d'un garçonnet. Malheureusement, leur bonheur aura été de courte durée...

Après avoir découvert son mari au lit avec une autre femme, mon amie a commencé à subir des violences conjugales. À cause des petits et de sa situation précaire, elle n'a pas quitté l'homme et a même accepté de passer en famille les vacances d'été à Oulan-Bator avec l'intention de visiter l'appartement qu'ils y avaient acquis. 

Arrivés dans la capitale mongole, le mari a informé mon amie que l'appartement commun était inscrit au nom de sa propre mère et que dès lors, elle n'aurait plus aucun droit sur le bien comme il la répudiait. Devant une telle bassesse, le plus jeune frère de mon amie s'est emporté: son coup de poing a eu raison de deux incisives du vilain. Les conséquences ont été terribles: la sœur du mari, avocate influente de la place, a fait condamner mon amie et son frère pour coups et blessures. La première a été sommée de quitter la Mongolie sans ses enfants, mesure assortie d'une interdiction de revenir au pays pendant cinq ans, le deuxième a dû verser une somme d'argent colossale.

Mon amie est donc revenue seule en Europe. Heureusement, ses petits se trouvaient à ce moment-là sous la protection de sa famille. Pendant presque une année, elle a entrepris toutes les démarches administratives pour les retrouver. En vain, car leur père avait pris soin de confisquer leurs papiers. Dans son désespoir, elle a finalement pris une mesure digne d'un film d'espionnage: sa famille a sorti les enfants de Mongolie en catimini, les a menés à travers la Russie jusqu'à Belgrade où leur mère les a récupérés pour traverser à pied, de nuit, la frontière hongroise en se mêlant au flot de réfugiés. C'était en été 2015!

De retour dans la région, une nouvelle course administrative a débuté pour mon amie, afin d'obtenir la garde des enfants, régulariser les papiers, officialiser le divorce etc. Chaque démarche était rendue compliquée par le mari vindicatif qui refusait toute coopération avec les autorités et continuait à violenter son ex-femme lorsque l'occasion se présentait. Il a d'ailleurs fini par être condamné à une peine de deux ans avec sursis. Cela ne l'a pourtant pas dissuadé de continuer à harceler mon amie et à la menacer de la priver des enfants...

Telle était la situation jusqu'à la semaine dernière, lorsqu'elle a reçu une énième invitation au contrôle des habitants pour faire avancer son dossier. Or, ce qui l'attendait représenterait le plus grand choc de sa vie: sans mise en garde, telle une criminelle, elle a été arrêtée suite à un mandat d'arrêt international émis à son encontre par la Mongolie avec le motif de violences conjugales ainsi que de vol d'argent!!! Pendant deux jours, ses enfants sont restés sans nouvelles de leur mère... 

A présent, elle risque l'extradition et la prison en Mongolie... Que faire? Que faire pour aider une mère exemplaire, courageuse et aimante, sinon crier les injustices qu'elle subit sur tous les toits? Que faire contre la corruption qui gangrène des sociétés entières et prive les individus de droits fondamentaux? Que faire pour éviter de tels gâchis, de telles souffrances inutiles? Que faire pour empêcher que des enfants innocents soient privés de leur mère courage?